Deux jours …

Voilà maintenant quatre mois et demi que nous travaillons sur ce projet. Quatre mois et demi que nous avons l’impression de manquer de temps, que nous savons que nous ne pouvons rien laisser traîner, qu’il nous faut avancer et que nous sommes parfaitement conscients de la pression temporelle. Et pourtant, tout ce temps, ça me paraissait loin. Pressant, mais loin. Cela appartenait au domaine du futur, un futur qui modelait fortement le présent avec ses craintes, ses espoirs et ses réunions à faire (=D), mais le futur tout de même. Et pourtant, ça y est, je réalise : Et Pourquoi Pas, c’est dans moins de 48 heures.

(Non, je ne vous imposerai pas une deuxième fois The Final Countdown)

48 heures, c’est à la fois un tantinet long – Il est difficile de penser à autre chose qu’à ce qui se profile, nous sommes donc dans l’attente et l’attente est longue par définition – et très court. Très, très court, en fait. Parce qu’il faut encore :

– Faire quelques répétitions. Et oui, c’est nécessaire. Certains conférenciers ont eu l’occasion de répéter plus d’une fois, et il est très net que les progrès sont souvent marqués entre la première répétition et les suivantes. Parce qu’on prend confiance en soi, parce qu’on sait de mieux en mieux ce qu’on va dire, que les idées se transforment en phrases de moins en moins hésitantes, qu’on sait mieux gérer son temps et qu’on a un regard extérieur pour se corriger !
– Acheter de quoi nourrir les neurones des conférenciers et des spectateurs.
– Acheter du matériel. Pas l’étape la plus réjouissante, mais il le faut aussi ! (Et en plus, quelle chance, nous n’avons pas de mauvais temps, donc aucune excuse pour ne pas sortir).
– Emprunter bouilloires et autres objets utiles (Merci à nos formidables collègues du Foyer et du BDE).
– Préparer le LiveTweet, les présentations, et plein d’autres choses qui feront que Et Pourquoi Pas sera un évènement intéressant, dynamique, et que vous ne regretterez pas d’être venus samedi !

Nous arrivons au bout de cette première étape. J’avais déjà parlé de montagnes russes au sujet de notre projet – Cette peur agréable, cette pression pas si oppressante que ça. Eh bien les tours de manège sont terminés, c’est l’heure de la descente finale. C’est-à-dire souvent le meilleur moment, quelle que soit l’appréhension que l’on puisse avoir !

A samedi, dans l’Amphi Bio de l’ENS Lyon ou sur Internet (Oui-parce-que-je-rappelle-que-nous-avons-un-compte-Twitter ! https://twitter.com/et_pq_pas)

Salutations créaturesquement pressées.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s